lundi 29 février 2016

Vert-jet Bariolé






N'est-ce pas déplorable qu'on se recroqueville
dès que l'orage carnivore
de pluie grenat dentée
s'annonce  sur nos peaux arides
quelque peu indisposées

Les soldats du délire l'approuvent
le Général signe aussi
au garde-à-vous
l'hymne à la pomme
allons pêcheurs de la mouille
le jour de cueillette est arrivé
et on aime faire des rondes
autour du pommier prohibé

L'amour a un goût de pêche
pour celui qui sut l'irriguer
regarde-la quand 
ses yeux te dépêchent
elle t'aimera comme 
jamais deux paires de lèvres
ne t'ont autant  aimé

mercredi 24 février 2016

Drap Liquide



En réponse à Bulles de Coton



Il s'excave lentement dans l'aire obscure
Juteux et mûr.
Quand il s'ouvre et se mure..et se rouvre..
Il dure..
Si bien que descendent les doigts danseurs
glissent, s'immiscent
sous le vêtement, gardien floué
plié au délice,
Transpercent,
Se prennent pour la lance,
S'immergent et se noient.

Gorgé moelleux, il se découvre
dedans, dehors, de plaisir en soupir
saveurs pêchées
péché au miel
coule à flots, l'eau folle, et dure.

Senteur d'encens insensée
essence d'un corps qu'on sonde
transcende
livré en offrande
aux dieux de la chair
chère m'est ta lance
s'enfonce
au creux du rêve et dure

Sonne le glas
de la marche de l'essaim
des rives charnues
au sommet en crane
ancre de ton navire
dans mon encre, larguée
couche des vers
à rimes croisés
refrains effrénés

des versets déversés
dans le drap liquide

où je coule si tu dures



mardi 23 février 2016

L'homme indivisible



Je la vois venir de loin.
Quand elle sera au pas de porte,
dois-je sortir de ton flanc?


Par la dernière porte,
au bout du couloir incendié
de ta mémoire,
je m'évade
au labyrinthe, aux herbes folles, des tentacules
de tes bras
aux couleuvres rampantes de ma sueur en flaques.

La porte claque.

Elle entre
dans l'antre
uni-vert,
vert du nénuphar qui pousse dans un bulbe qui saigne,
saigne le trou de ver.

De tes rideaux,
elle se taillera une robe à l'échancrure plongeante
pour mieux lui aspirer le cœur.

Allonge-la
sur tes feuilles rouges ensablées
aux éclaboussures blanches de ton encre
surgie d'un jaillissement lexical
sur une fenêtre embuée,
écris-moi du doigt
à même la vitre,
à même les yeux qui suintent,
le théorème des entiers
indivisibles

Les entiers indivisibles,
c'est quand le garde champêtre
se grattant  la raie de son ennui,
dans nos champs, où il aime paître
compte nos impairs en anges déchus,
met à l'amende
quiconque cueille l'amande
défendue,
quiconque creuse
des excavations pulpeuses,
quiconque cultive
l'asperge charnue.

Les entiers indivisibles,
c'est quand tu te fais numérateur
du dénominateur commun qu'elle est
et que je sois infinitésimale,
un plancton dans le ventre d'un cétacé.

La déesse des mers du sud inonde tes rivages
et craint de se mouiller.

L'homme divisible par une seule femme
reste entier.
L'homme indivisible
par une femme infinitésimale
tend vers l'infini.

Et un homme infini, pour une femme infinitésimale,
c'est, souvent, beaucoup trop.

Et..

quelques fois,

pas assez...



lundi 22 février 2016

Et me rode


Cesse de chercher,
sous le galbe de mon sein,
la cambrure de mes mots.
Elle n'est pas entre les lignes,
l'eau.

A l'aube émeraude,
couds un bout de ma nuit
sur tes rideaux.

L'eau est
                   là
                         là
                               là
Trempes-y le doigt.
Fais-y des ronds.
Sort le mètre-étalon.
Maître de la démesure,
quelle est la taille de ton aplomb?

A-t-on
su,
à temps,
essuyer
l'eau suée
de nos regards,
sur la vitre, rivés?

Attends!
Goûtes-en
une goutte.
Que son goût te
submerge.

En vers, je
te nomme roi
de la montagne rouge.
Roi qui glisse, en cachette,
chaque soir,
le long de la pente raide,
vers la vallée,
où l'eau émeraude
coule
et me rode.

Et chaque soir,
il s'y noie.

jeudi 18 février 2016

La main dans le sac



Je t'ai surpris
en flagrant délit
de voyeurisme

Tu m'épiais
par le trou de serrure
de la porte entrebâillée de mon songe,
en te caressant
l'égo.

Tu vis
à mon insu
le soleil d'un sud
luire dans ma bouche
et entre mes doigts.

Tu me  vis,
de droite à gauche,
dérouler mes entrailles.

Je n'ai plus d'autre choix
que de te dévorer
avec mon troisième œil.

Tu ne te débats pas.

Et,
alors que j'entreprends
d'engloutir ta langue,
tu murmures:
Tu as la plus belle paire
d'hémisphères
cérébraux
qu'une nymphe ait jamais eue.

vendredi 12 février 2016

Entre || Deux





Entre d'eux
la tour monte,
gratte l’étau cramoisi
d'un ciel 
dans
la tourmente.


Entre d'eux
La flute chante
et enchante
quelque puce alléchante.
Allez chante!
Le son monte.

Entre d'eux
une créature mythique
vainc ses tiques
en se mordant la queue.

Entre d'eux
L'abeille glisse
dans l'abysse
d'un calice
en lit pisse
nu
le pissenlit
soufflé.

Entre d'eux
est à celle
qui sur selle
morcelle
de grandes aspirations
en petites morts.