samedi 15 juillet 2017

Entrelacs I




Je descends titiller de ma langue assoiffée
Ton téton qui durcit sous tes boutons défaits
De chemise fendue comme ma main vers

Le plus profond des puits, de miel bondant le verre

Plonges-y juste un doigt, sens-en bien la texture
Ressens-tu le désir de goûter la mixture
Ou mieux encore bien mieux, la raideur péremptoire
S'y conformer bien, bien profond encore
Se donner sans vertu avec la force brute
Pénétrer le puits comme on enfonce un port
Et remuer le miel pour butiner ma pute
Un doigt, deux doigts, la main et - enfin allongée
La raideur saillante se complaît à bourrer


Ô dure ardeur dure, dure bien quand tu fourres
Les coups qu'on endure, sont bien ceux de l'amour
Raideur douce qui glisse en va-et-vient sans cesse
Dans la chair qui s'hérisse au galbe d'une fesse

Savoureuse secousse, ô fais sourdre la source
Ne retiens plus aucun de tes coups sourds et forts
Pour mieux ouvrir en deux ton amante à tes bourses
Balancée elle en veut, elle réclame encore


Sa chair d'eau éventrée sous les assauts du dard
Son antre ravagée qui convulse, palpite

Prise au soubresaut fou de l'amant qui sait l'art
De combler l'appétit d'avides Aphrodites

Elle en veut et son râle en cadence clapote
Onctueux battement remuant la calotte
Il masse, pétrit, fend la croupe qui se donne
S'en donne avec ferveur à corps d'un cœur de joie
D'une ferme claque il rougit et résonne
La fesse écartelée sans pudeur sans appâts
Sans autre vêtement que des doigts, ô désir
De forcer cette fleur qui s'entrouvre à gémir


"Oui"
hurlé quand il sort, "oui" plus haut quand il rentre
"Oui" le nom du bonheur qui se tend dans son ventre
"Oui" dit à l'unisson et "oui" dit en saccades
De la bouche qui mord, empreint et se balade
Sur la peau bien éclose et la chair demandeuse
Engloutit en longueur le régal qui la creuse

"- Ma chatte incante crie ton averse de lait
Donne, donne-moi tout" dit l'incendiaire en feu
Cheminée coulante, brasier qui ne se tait
Avec les morsures laissées par son heureux
Amant qui la boucle d'une bouche suavante
D'une bourrée franche comme un coup de butoir
"- Viens, reviens, retiens...je suis dans la mort lente
Meurs avec ton amour, ô défaille sur mon fard..."


Et lui de venir sec, puis durcir de nouveau

Face à face reprend l'union de plus belle
L'emboîtement goûteux, le délice qui vaut
L'embrasement premier de l'heureuse étincelle

Face à face collés les deux corps s'appartiennent
La mort, douce intruse, se transmet par les yeux
le fourreau se resserre en convulsions  viennent
Les jaillissements fous dans le ventre joyeux


jeudi 6 juillet 2017

L'Âge mûr

"Je suis cette femme vieille qui n'a que le temps sur les os.
Et la jeune fille à genoux qui ne retrouve déjà plus sa jeunesse, c'est moi aussi.
Et l'homme, c'est encore moi. Pas toi.
Je lui ai donné toute ma dureté. Il m'a légué son vide en échange.
Voilà. C'est trois fois moi.
La Sainte Trinité, la trinité du vide."


Camille Claudel



Elle défait ses nœuds enduits
d'attente onctueuse qui pique les yeux

Le temps sculpte ses ravines
replis  qu'elle incruste de comètes en cubes
et  de bouts de lettres
macérées au sel  dans les craquelures rieuses
des quais où se résorbe encore
l'immuablement fugace

car la mer

l'emporte toujours

sur l'écume

chétive
constante
auto-determinée
gisante à la frontière poreuse encore
du sein


Elle défait les tripes de l'aube
les derniers enchevêtrements ingurgitent les nues,
broutent les constellations et crachent
les astres
dans des entonnoirs qui se distordent comme des ventricules

***

Aux ultimes abreuvements sevrant ses ailes,
elle déploie sa poitrine au bon vent qui l'étreint,
dans son échancrure
il soufflera
la blancheur des nuits passées
à fêter le sommeil