mardi 8 juin 2010

Un rêve qui déborde d'un corps


Deux étrangers qui se rencontrent  dans une rue qui mène nulle part. 
- Que serai-je après tes yeux? Dit l'étranger. 
- Que serai-je après avoir gouté à ta présence dans mes entrailles? Dit l'étrangère. 
Soyons vigilants alors. Et évitons de troubler le sel des vieilles mers au fond d'un corps qui se souvient..

Il lui offrit un corps qui s'enflamme.
Elle lui offrit un corps qui se languit.
C'est ainsi que deux amants étrangers laissent leur amour chaotique comme ils laissent leur habits au milieu des fleurs.. 
Il lui écrivit les plus beaux poèmes et grava son nom sur le tronc d'un arbre millénaire.
Elle déposa son rêve entre ses mains et entreprit le rituel de son accomplissement. 

Dans la pénombre de sa chambre leurs ombres fusionnèrent. 
- Ne perds pas le nord après mes seins. Dit-elle
- Tes seins sont  ma nuit éclairée. Tes seins sont le rêve qui m'embrasse. Le rêve qui me remplit et qui déborde de mon verre...
Elle rit de ses mots. Puis elle rit encore plus fort quand il glissa le long de la pente d'une galbe... Et soupira...

Et elle pleura, comme à l'habituel, quand elle rentra de son ciel liquoreux traversant les forets de son exile pour retrouver son être: 
- Qui suis-je après l'extirpation de ton corps de mes entrailles?
- Qui suis-je après tes yeux?
C'est ainsi que les amants étrangers font leurs adieux chaotiques. Aussi chaotiques que l'odeur des orchidées sauvages embaumant le corps d'une nuit, le corps d'un rêve.. Un rêve errant dans une rue qui mène nulle part... 

6 commentaires:

Voltairien a dit…

puisse l'impasse du pénombre d'une nuit d'été
puisse l'avant-goût du sel d'une mer de désirs
puisse le chaos d'une rencontre improvisée
hanter tes rêves errants, la poétesse emprisonnée

Mayday a dit…

Merci mon ange délivreur ;)

Gar a dit…

Ce qu'est beau le chaos, mais je trouve bizarre et enigmatique qu'il soit aussi utopique, sommes nous fait uniquement pour être guidés par des règles ? des lois ?

Nawras a dit…

J'aime :)

Mayday a dit…

@Nawras: Tant mieux ma douce ;)
@Gar: Je pense que le chaos dans sa forme anticonformiste n'est pas utopique parce qu'on est guidés par des lois mais plutôt parce qu'on est accablés par des lois.

YasMenina a dit…

"Dans la pénombre de sa chambre leurs ombres fusionnèrent.
- Ne perds pas le nord après mes seins. Dit-elle
- Tes seins sont ma nuit éclairée. Tes seins sont le rêve qui m'embrasse. Le rêve qui me remplit et qui déborde de mon verre..."

Très beau, mélodieux et touchant passage!