mardi 1 décembre 2009

Affinité peu orthodoxe




Je m'ouvre à toi tel une coquille.
Tu m'insémines avec tes rêves...

Et je donne naissance à une perle noire chargée de l'émotion prisonnière de nos demi-mots, de nos fantasmes , de nos frustrations partagées, de ta fausse indifférence, de mes vraies illusions, de la passion qui enflammait nos ébats mentaux dans une chambre noire, isolée sonorement, quelque part à mi-chemin entre la lucidité et l'ivresse...

Et je traverse chaque soir la passerelle vers l'autre rive, sur la pointe des pieds pour ne pas réveiller les garde-fous et les espions.
Et j'attends,
Dans l'espoir de te retrouver dans un faisceau d'électrons...

6 commentaires:

Voltairien a dit…

"Si puer cum puellula
moraretur in cellula,
felix coniunctio.
Amore suscrescente
pariter e medio
avulso procul tedio,
fit ludus ineffabilis
membris, lacertis, labii"

Mayday a dit…

"Si un garçon avec une fille
demeure dans une petite pièce,
heureux dans leur union.
L'amour grandit,
et entre eux
la pudeur est oubliée,
un ineffable jeu commence
entre leurs membres, bras et lèvres."

Les chants profanes

Oui, sauf que là, la pièce est loin d'être petite.. mais c'est tout comme :)

Walter VEGA a dit…

Tu es CERNée.

Mayday a dit…

Pourtant, je n'ai jamais été sujette à des expériences nucléaires. (pas officiellement :))

el pink a dit…

excellent!

ROSE a dit…

sublime!