mercredi 3 mars 2010

Sulfureuse malédiction



Ni grâce ni clémence, ne mérite celui
que le désir consume, dans les abysses de la nuit,
qui crie ton nom dans son errance, au froid, sous la pluie.
Lui qui, privé de ta peau, invoque ton spectre et se languit..


Ni grâce ni clémence ne mérite celle
que ta présence hante et que tes mots ensorcellent,
qui a pour seul souhait que tu t'empares d'elle.
Elle, qui t'attend, et dont la sueur, sur son corps brulant, ruisselle..

8 commentaires:

Darkness a dit…

:-)

Mayday a dit…

Ô toi Grand Darkness
submerge moi par ton obscurité que je ne puisse plus voir que tôa
;)

coeos a dit…

Inspirée comme toujours!tu le dis même un peu mieux qu'un Alexis zorba:
"Le Bon Dieu pardonne tout mais j'irai en enfer si, une nuit, une femme m'attendait dans son lit et que je n'y suis pas allé." Et un autre soir, insistait : "Malheur à l'homme qui pouvait coucher avec une femme et qui ne l'a pas fait. Malheur à la femme qui pouvait coucher avec un homme et qui ne l'a pas fait"
j'avais écrit un petit billet sur kazantzakis, l'auteur du livre "Alexis zorba" http://coeos.wordpress.com/2009/12/25/je-nespere-rien-je-ne-crains-rien-je-suis-libre/

Mayday a dit…

Tes commentaires exquis m'enchantent toujours coeos. Tu illumines mon blog par tes passages :)

Téméraire V5.0 a dit…

J'adore ce que tu écris !!!, une belle découverte ... je pense que je vais devenir un régulier.

Je repasserai pour te commenter.

Bravo

Mayday a dit…

C'est avec un immense plaisir que je lis ton commentaire Téméraire. Reviens quand tu veux. ;)

Téméraire V5.0 a dit…

Bravo !!!! très forte malédiction !!!, est-ce de la jalousie ?, de la joie maligne ? (je parle du texte, pas de l'auteur :) )

Je me rend compte que je nage trop en mode soft ) tes mots ont hérissé mes poils :)

Mayday a dit…

Je dirais que c'est une malédiction où se mêlent privation et langueur donc forcément il s'en découle des sentiments contradictoires et brouillés tels que la jalousie et la joie procurée par le désir aussi bien sous sa forme active que passive. N'est-ce pas..
Tu sais Téméraire, je me suis dit la même chose en lisant certains billets de ton blog!!!! :D